NPD

Projet de fermeture du réacteur nucléaire de démonstration

Le réacteur nucléaire de démonstration (NPD) de 20 MWé est le premier réacteur nucléaire au Canada à avoir fourni de l’électricité au réseau d’Ontario Hydro. L’exploitation du NPD a débuté en 1962 et pendant 25 ans, il a constitué une importante installation de formation pour les ingénieurs et les opérateurs des futurs réacteurs. Le transfert des responsabilités en matière d’exploitation et de conformité du NPD d’Ontario Hydro à Énergie atomique du Canada limitée (EACL) a eu lieu en 1988, à la suite de la fermeture permanente du réacteur et du retrait du combustible du site.

EACL est toujours propriétaire du site, mais les Laboratoires Nucléaires Canadiens sont responsables de l’installation, qui se trouve actuellement dans la phase de stockage sous surveillance du déclassement en vertu d’un permis de déclassement d’une installation de déchets délivré par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN).

Le site du NPD est situé sur la rive sud de la rivière des Outaouais, près de la ville de Rolphton, en Ontario, à environ 3 km en aval de la centrale électrique Des Joachims et à environ 25 km en amont des Laboratoires de Chalk River (LCR).

Le site du NPD se compose actuellement d’un nombre limité de structures comprenant le bâtiment du réacteur principal, un générateur diesel, un poste de garde et une cheminée de ventilation. Plusieurs structures temporaires ont été ajoutées pour appuyer les travaux du projet de déclassement.

Technique de déclassement proposée - Les activités de déclassement in situ proposées comprennent l’extraction de la structure de surface et le placement du matériel contaminé dans une structure en dessous de la surface. Celle-ci, la cuve de réacteur et les systèmes et composants seront scellés avec du mortier. La structure sera ensuite recouverte de béton et ensuite, d’une barrière artificielle. Le déclassement in situ isolera les systèmes et les composants contaminés dans la structure en dessous de la surface.

Calendrier du projet

Les LNC prévoient échelonner le déclassement du réacteur NPD sur une période de quatre ans. À compter de 2016, à l’issue d’un processus rigoureux d’évaluation environnementale et d’évaluation des impacts environnementaux, l’emplacement du NPD sera entièrement déclassé au moyen d’un processus de déclassement in situ. En plus de réaliser l’évaluation environnementale requise, les LNC devront obtenir les approbations réglementaires requises pour l’emplacement auprès de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

En 2020, après la présentation par les LNC du rapport d’état final, l’emplacement fera l’objet d’un programme de surveillance et de contrôle à long terme qui sera mis en œuvre pendant une certaine période de temps au moyen d’un processus d’analyse de la sûreté.

Télécharger le feuillet

État du déclassement du NPD

Au moment de l’arrêt du NPD en 1987, on a choisi une stratégie de report du déclassement pour la gestion du bâtiment du réacteur principal et des bâtiments secondaires qui demeurent aujourd’hui. La période de report a permis une réduction importante des champs de rayonnement au sein de l’installation et des systèmes connexes. Cette réduction a permis de diminuer les risques encourus par le personnel se préparant à mener à bien le projet de fermeture.

Le site du NPD est maintenant dans une position stratégique idéale pour l’achèvement du reste de son déclassement. Le projet de fermeture permettra de réduire en toute sécurité les responsabilités nucléaires héritées du Canada sur ce terrain.

État final proposé

Le bâtiment du réacteur principal et les bâtiments secondaires restants seront déclassés et les matériaux seront gérés de manière appropriée.

Les structures au dessous du niveau du sol, y compris le réacteur et les systèmes de réacteurs connexes, seront scellées dans le béton sur place, soit « injectées de coulis ». L’injection de coulis, appelée déclassement in situ, entraîne la création d’un monolithe de béton. La surface injectée de coulis sera ensuite recouverte d’une barrière artificielle, afin d’empêcher les infiltrations d’eau de surface. Ce monolithe fournira un confinement robuste et durable permettant la poursuite permanente de la désintégration radioactive.

La gestion à long terme, les activités de maintenance et la surveillance environnementale du site se poursuivront, afin de veiller à ce que le site demeure sûr et à ce que la démarche de déclassement fonctionne conformément aux attentes.

Prise en considération des espèces en péril

Une espèce en péril est une espèce disparue d’un territoire, en voie de disparition, menacée ou préoccupante. Species at Risk Act, CS 2002

Des levés de localisation ont permis de repérer et de confirmer la présence de huit espèces en péril sur la totalité du site du NPD. Les espèces en péril signalées sur le site du NPD comprennent le Pygargue à tête blanche, le Martinet ramoneur, l’Engoulevent d’Amérique, le Pioui de l’Est, la couleuvre tachetée de l’Est et trois types de chauves souris, à savoir la chauve souris pygmée, le vespertilion brun et le vespertilion nordique.

Qu’est ce qu’une évaluation environnementale (EE)?

Le projet de fermeture du NPD fait l’objet d’une évaluation fédérale en vertu de la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale. La Commission canadienne de sûreté nucléaire est l’autorité responsable de l’EE pour le projet du NPD.

En termes simples, une EE est un outil que l’on utilise dans le cadre du processus, de la planification et de la prise de décisions afin de prévoir les effets environnementaux des initiatives proposées avant qu’elles ne soient mises en œuvre.

Une évaluation environnementale permet d’accomplir ce qui suit :

  • recenser les effets négatifs potentiels sur l’environnement;
  • proposer des mesures pour atténuer ces effets négatifs sur l’environnement;
  • déterminer s’il peut y avoir des effets environnementaux négatifs importants malgré la mise en œuvre des mesures d’atténuation;
  • prévoir un programme de suivi afin de vérifier l’exactitude de l’évaluation environnementale et l’efficacité des mesures d’atténuation.

Une évaluation environnementale a pour objectifs :

  • d’atténuer ou d’éviter les effets négatifs sur l’environnement avant qu’ils ne se produisent;
  • de tenir compte des facteurs environnementaux dans la prise de décisions.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web de l’ Agence canadienne d’évaluation environnementale ou celui de la Commission canadienne de sûreté nucléaire.

Cycle de vie d’une centrale nucléaire

Il y a cinq étapes dans le cycle de vie d’une centrale nucléaire et chaque étape exige un permis distinct délivré par la CCSN :

  • un permis de préparation ou de conception d’un site;
  • un permis de construction;
  • un permis d’exploitation;
  • un permis de déclassement;
  • un permis d’abandon.

Pendant qu’a lieu le processus d'évaluation environnementale du NPD, les LNC travaillent à remplir les exigences d’obtention d’un permis pour le déclassement du NPD.

Tenez-vous au courant

Near Surface Disposal Facility

En ce qui concerne toutes nos activités de déclassement au NPD, Les LNC discuteront du projet avec les intervenants au moyen de journées portes ouvertes, de bulletins d’information, de visite des chantiers, du site Web des LNC et de notre page consacrée au projet du NPD. Nous vous invitons à nous poser vos questions. Veuillez rester branchés pour plus d’information sur nos activités d’information au public.

Entretemps, pour plus de renseignements immédiats sur l’installation de gestion des déchets près de la surface des LNC, ou pour rester informés sur les activités publiques liées au projet, veuillez communiquer avec nous à l’adresse de courriel suivante ou 1- 800-364-6989.