Communiqué de presse

Une technologie de protection des LNC présentée dans Nature Communications

L’une des revues scientifiques les plus prestigieuses au monde publie un article des LNC annonçant une nouvelle méthodologie de lutte contre la prolifération

Chalk River, Ont. — 07 juin 2019 – Les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), la première organisation canadienne en sciences et technologies nucléaires, sont heureux d’annoncer la publication dans Nature Communications de leur article scientifique sur un emploi innovant des détecteurs de neutrons pour la surveillance et la protection des réacteurs nucléaires. Les LNC ont récemment déposé un brevet pour protéger cette technologie qui pourrait constituer un nouvel outil de vérification indépendante des activités des réacteurs nucléaires et aider à prévenir la prolifération de matières nucléaires illicites.

Nature Communications publie des articles de grande qualité portant sur différents domaines scientifiques. Cette revue multidisciplinaire est l’un des périodiques scientifiques les plus prestigieux au monde. L’article coécrit par les employés des LNC Bryan van der Ende, Liqian Li, David Godin et Bhaskar Sur présente les résultats d’un projet de recherche sur l’utilisation innovante de neutrons pour détecter les changements dans le combustible des réacteurs nucléaires. Ce nouvel emploi pourrait avoir d’importantes applications en matière de protection nucléaire et de non prolifération, et contribuer au contrôle du bon usage des installations nucléaires et éviter que des matières nucléaires ne soient détournées de leur utilisation pacifique. La technique aurait aussi de grandes applications dans le domaine des petits réacteurs modulaires, puisqu’elle permettrait la surveillance du contenu des cœurs de réacteur scellés proposés par certaines conceptions.

« L’étude des LNC suggère que les détecteurs de neutrons ont la capacité de servir de complément viable, économique et efficace aux technologies actuelles de surveillance de réacteurs, et nous sommes enthousiasmés à l’idée qu’une revue si réputée publie nos résultats », explique Kathy McCarthy, vice-présidente, sciences et technologies, aux LNC. « Même si nous poursuivons nos recherches pour mieux étudier les usages éventuels de la technologie, nous pensons que notre découverte aura des applications pratiques qui pourraient être utiles aux agences de surveillance nucléaire et aux organismes internationaux de réglementation. »

Intitulé « Stand-off nuclear reactor monitoring with neutron detectors for safeguards and non-proliferation applications », l’article est fondé sur les résultats d’un projet de recherche subventionné dans le cadre du Plan de travail fédéral sur les activités de science et technologie nucléaires, lequel est dirigé par Énergie atomique du Canada limitée (EACL). Les scientifiques des LNC ont pu détecter les neutrons sur de grandes distances à travers un épais blindage de réacteur et recueillir des données importantes. « Nous sommes ravis que la communauté internationale reconnaisse notre recherche qui crée des occasions pour améliorer la sûreté et la sécurité des technologies de réacteurs », ajoute Shannon Quinn, vice-présidente, sciences, technologies et supervision commerciale, à EACL. 

Le projet a été réalisé dans le cadre de l’initiative stratégique des LNC en matière de détection et de criminalistique nucléaires et pour les interventions en cas d’incident nucléaire. Les LNC, par le travail qu’ils réalisent dans ces domaines, constituent une ressource pour les agences gouvernementales et les partenaires commerciaux relativement à l’élaboration, la mise à l’essai, l’étalonnage et la validation de matières et technologies nucléaires utilisées en criminalistique, à des fins de non-prolifération et de sécurité. 

« Nous sommes très heureux des résultats du projet et avons conclu que cette méthode de surveillance des réacteurs peut offrir une solution plus pratique et économique que celle actuellement en usage », ajoute Bryan van der Ende, scientifique en recherche et développement de l’équipe de physique appliquée des LNC. « Nous avons présenté les résultats à de nombreuses conférences sur les technologies de non-prolifération et de protection, et les commentaires ont été très positifs. Étant donné cette réaction, le brevet et la publication dans Nature Communications, nous pensons que cette méthodologie prometteuse aura un brillant avenir. »

Pour en savoir davantage sur les LNC et leur travail pour améliorer la sûreté et la sécurité nucléaires, consultez le www.cnl.ca. Pour consulter l'article scientifique, visitez le site https://doi.org/10.1038/s41467-019-09967-4.

À propos des LNC 
Chef de file mondial en sciences et technologies nucléaires, les Laboratoires Nucléaires Canadiens offrent des capacités et des solutions uniques à un vaste éventail d’industries. En participant activement à des travaux de recherche et de développement dirigés par l’industrie dans les secteurs du nucléaire, des transports, des technologies propres, de l’énergie, de la défense, de la sécurité et des sciences de la vie, ils offrent des solutions qui maintiennent la compétitivité de ces secteurs sur la scène internationale. Grâce à des investissements réguliers dans de nouvelles installations et un mandat précis, les LNC sont bien placés pour l’avenir. Une nouvelle norme de rendement appuyée par une solide culture de la sûreté est au cœur de toutes nos activités.

Pour de plus amples renseignements sur la gamme complète des services des LNC, visitez le www.cnl.ca ou communiquez avec communications@cnl.ca.

— 30 —

Personne-ressource :
Patrick Quinn
Directeur, communications de l’entreprise
LNC, 1 866 886-2325