Équipe de cybersécurité

L’équipe de cybersécurité qui totalise plus de 125 ans d’expérience

L’équipe de cybersécurité est très expérimentée dans le développement, la mise en service et la commercialisation de systèmes d’affichage en temps réel destinés aux applications essentielles à la mission des centrales.

Dave Trask, ingénieur expert, Systèmes d’information et de contrôle 

Après avoir obtenu un baccalauréat en génie électrique de l’Université du Nouveau-Brunswick, Dave s’est joint aux LNC (anciennement Énergie atomique du Canada) en 1989 à titre de concepteur de systèmes de contrôle. Dave est maintenant l’ingénieur expert en systèmes d’information et de contrôle aux Laboratoires nucléaires canadiens (LNC), le principal organisme de science et de technologie nucléaire du Canada. Il appuie les décisions stratégiques de la haute direction liées aux activités de recherche et de développement. Il possède une expertise particulière dans les domaines de la cybersécurité, des systèmes de contrôle et d’acquisition de données, du développement de logiciels en temps réel pour les systèmes essentiels à la mission, de la conformité aux normes et de la gestion de projets. Dave a joué un rôle déterminant dans l’établissement de la capacité de recherche des LNC dans le domaine de la cybersécurité pour les systèmes de contrôle industriels, l’obtention d’investissements dans des projets et des installations de plusieurs millions de dollars, ainsi que l’établissement de partenariats internationaux et de relations de collaboration.

M. Bhaskar Sur, PhD, directeur de la sûreté et de la sécurité du programme de S et T 

M. Sur a participé à des projets de recherche et de développement, dont certains qu’il a menés, qui ont généré des revenus estimés à 500 millions de dollars. Il est l’auteur ou le coauteur de plus de 150 publications dans des revues scientifiques de renom, dont Nature, Physical Review Letters, IEEE Transactions on Nuclear Science et Annals of Nuclear Science. De plus, M. Sur détient six brevets industriels sur des systèmes d’instrumentation et de processus nucléaires. 

Il a reçu le Breakthrough Prize 2016 dans la catégorie de la physique fondamentale.

Richard Doucet, concepteur principal d’architectures logicielles, Systèmes d’information et de contrôle

Richard Doucet est un concepteur principal d’architectures logicielles spécialisé dans les systèmes d’instrumentalisation et de contrôle destinés aux applications essentielles à la mission de centrales nucléaires. Il travaille depuis 29 ans pour les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), où il conçoit, met en œuvre et met en service des systèmes logiciels assurant des fonctions de contrôle des processus, d’affichage de la centrale, de surveillance de la santé et d’enregistrement des données. Au cours des dernières années, il s’est concentré sur la conception de solutions sécurisées pour les systèmes de commande industrielle, le traitement de voies de communication allant des systèmes de sécurité essentiels aux systèmes opérationnels d’entreprise ainsi que sur l’utilisation de technologies avancées, par exemple : commutateurs réseau, pare-feu, systèmes de détection d’intrusion, systèmes de prévention d’intrusion, protection des terminaux, détection des anomalies, bacs à sable, systèmes de gestion de l’information et des événements de sécurité (SIEM) et machines virtuelles. 

M. Doucet possède une expertise en conception de logiciels et en gestion d’équipes de développement de logiciels multiutilisateurs dans un environnement de production très dynamique où l’adhésion à des pratiques de travail rigoureuses, comme la gestion de la configuration, le contrôle des changements et la mise à l’essai, est essentielle. Il adore comprendre de nouvelles technologies tout en discernant les faiblesses qui se cachent sous les caractéristiques annoncées d’un produit. Son sens aigu du codage est sans pareil et lui permet de produire des solutions bien conçues, robustes et extrêmement efficaces. Il développe actuellement un système de détection d’anomalies utilisant des agents hôtes non interférents et un système passif de collecte et d’agrégation de données réseau en se fondant sur sa propre solution de diodes de données ainsi que sur des technologies de TAP réseau.

Marienna MacDonald, ingénieure principale, Systèmes d’information et de contrôle

Marienna MacDonald possède 31 ans d’expérience dans les systèmes d’instrumentation et de contrôle des centrales nucléaires. Experte dans le cycle de développement de logiciels essentiels à la mission, elle élabore des pratiques de travail qui répondent aux normes internationales en matière de définition des exigences, de conception de système, de contrôle du changement, de gestion de la configuration ainsi que de mise à jour et de mise à l’essai de logiciels. Son expérience en assurance qualité s’est étendue à l’établissement et à la gestion du programme d’AQ pour un laboratoire de recherche nucléaire ainsi qu’à la réalisation des analyses de sûreté de l’équipement industriel de remplacement selon les normes IEC 61508/IEC 61513. Au cours des dernières années, elle s’est concentrée sur l’élaboration de pratiques exemplaires pour aider les propriétaires de systèmes industriels à respecter les normes de cybersécurité. Pour ce faire, elle se fonde sur une vaste gamme de normes nationales et internationales, y compris les normes CSA, NIST, CEI, NERC CIP, EPRI et AIEA. Elle travaille également sur des sujets comme la gouvernance, les rôles et responsabilités, les pratiques de codage sécurisé, l’intervention en cas d’incident et la chaîne d’approvisionnement. 

Mme MacDonald est une ingénieure polyvalente et habile pour répondre aux priorités changeantes dans un environnement en évolution rapide et techniquement exigeant, où la recherche innovatrice rencontre la croissance d’une entreprise de cybersécurité compétitive sur le plan commercial. Elle joue un rôle déterminant dans la production d’artefacts qui répondent aux obligations du projet et qui informent les cadres supérieurs des possibilités de croissance des activités. 

Karthik Thiyagarajan, chercheur scientifique en cybersécurité

Karthik Thiyagarajan est chercheur scientifique en cybersécurité dans les Laboratoires Nucléaires Canadiens, la plus importante organisation de science et technologie nucléaires au Canada. Ingénieur en recherche et développement accompli, il est spécialisé dans le développement de systèmes embarqués.

M. Thiyagarajan possède plusieurs années d’expérience dans le développement de logiciels destinés aux entreprises de toutes tailles, des jeunes pousses aux organisations du Fortune 100. Pour ces organisations, il s’est occupé de la conception du système et de son déploiement pour des applications comme le traitement des images, la compression vidéo et la cybersécurité.

Après avoir obtenu en 2010 un baccalauréat en génie électrique de l’Université Anna, en Inde, il a complété en 2011 un diplôme d’études supérieures en conception de systèmes embarqués offert par NIIT Calicut, en Inde. Il a obtenu une maîtrise en sciences appliquées (option recherche) en génie électrique et informatique de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse. Son mémoire de recherche portait sur le chiffrement des systèmes multimédias embarqués. Ses travaux ont été publiés dans l’International Journal of Computer Network and Information Security et dans l’IEEE Transactions on Circuits and Systems for Video Technology. Ses domaines de recherche portent sur les systèmes embarqués, les systèmes de contrôle industriels et la cybersécurité. 

Matthew Daley, chercheur scientifique, Systèmes d’information et de contrôle

M. Daley possède 20 ans d’expérience dans le secteur industriel, et il occupe depuis 12 ans un poste de chercheur scientifique en systèmes d’information et de contrôle aux Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC). Il possède une vaste expérience de programmation en C et C++ en temps réel pour des applications de sécurité répondant aux exigences rigoureuses des Normes internationales de sécurité, comme IEC 61508 et IEC 61513. Son travail l’a amené à effectuer des analyses d’adéquation relatives à la modernisation de l’équipement numérique pour des applications essentielles à la mission. Il a mis ses compétences à profit lors de projets de détection de cyberévénements dans des environnements de commande de processus, en plus de contribuer à l’élaboration des meilleures pratiques visant à assurer la conformité aux normes nationales en matière de cybersécurité. 

Avant de se joindre aux LNC, M. Daley a travaillé pendant huit ans dans le secteur des services publics d’électricité. Il a notamment occupé un poste à la Société d’Énergie du Nouveau-Brunswick, où il était chargé de la gestion des systèmes informatiques indispensables de l’unité commerciale de distribution. Au cours de son mandat à Énergie NB, M. Daley était le principal responsable technique du déploiement d’un système modernisé de gestion des coupures de service et de répartition assistée par ordinateur, en plus d’être le concepteur et développeur principal d’un système novateur de recommandation et de planification des ressources en dehors des heures régulières. 

Salman Khan, chercheur scientifique en cybersécurité

Salman Khan s’est récemment joint aux Laboratoires Nucléaires Canadiens à titre de chercheur scientifique en cybersécurité après avoir terminé ses travaux de recherche comme candidat au doctorat en génie électrique et informatique à l’Université du Manitoba. Il termine actuellement la soutenance de sa thèse de doctorat. M. Khan possède 12 ans d’expérience en recherche, en conception et en développement de produits d’ingénierie et de TI. Au cours des sept dernières années, il a travaillé dans le domaine de la cybersécurité en se spécialisant dans l’intelligence cognitive. L’objectif était d’améliorer les algorithmes d’apprentissage automatique afin de détecter les cybermenaces avancées de jour zéro. Grâce à ses travaux de recherche, M. Khan a obtenu une fructueuse collaboration avec le service de cyberintelligence et d’analyse de la Société Canadian Tire. Au cours de cette période de trois ans, il a notamment conçu des outils scientifiques d’analyse de données du réseau dans une optique de cybersécurité. Auparavant, M. Khan était concepteur principal de micrologiciels dans le cadre d’un projet de tomographie par émission de positons (OpenPET) basé sur un réseau prédiffusé programmable par l’utilisateur (FPGA). Ce projet a été mené à l’Université du Manitoba, en collaboration avec le Laboratoire national Lawrence Berkley (États-Unis) et l’institut TRIUMF (Canada). Salman Khan a également sollicité, obtenu et administré des subventions internationales de recherche et développement dans le domaine de la voix sur IP. Grâce à ces subventions, il a piloté l’élaboration d’un produit de voix sur IP destiné aux entreprises, lequel a ensuite été commercialisé en Extrême Orient et sur le marché du Golfe.

Salman a obtenu une maîtrise ès sciences en génie électrique de l’Université Rutgers, aux États-Unis. Au fil des ans, il a reçu de nombreuses bourses et récompenses prestigieuses des milieux universitaires et industriels comme Mitacs Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (D) et Fulbright. De plus, il a été sélectionné pour une bourse d’études supérieures du Canada Vanier. Il est l’auteur et le coauteur de 19 articles de conférence, de 5 articles de revue et de 2 chapitres de livre. Il a présenté ses travaux lors de diverses conférences internationales. M. Khan a déjà enseigné à l’université, au premier cycle et aux cycles supérieurs. 

Véritable passionné des capacités cognitives des outils d’intelligence artificielle, il cherche à les améliorer afin de reproduire l’intelligence humaine et de découvrir de nouvelles connaissances. M. Khan vise à rapprocher le milieu de recherche universitaire et l’industrie afin de résoudre des enjeux internationaux et de faire progresser le Canada sur le plan technologique. Il souhaite contribuer aux biens intellectuels canadiens en dirigeant l’élaboration de la nouvelle génération de cyberoutils aux Laboratoires Nucléaires Canadiens.