La voûte du NPD

Le prix Réalisation exceptionnelle est décerné aux personnes suivantes:


Robby Baidwan, Ian Donohue, Thomas Heale, Mitch King, Andrew Kittmer, Kevin Milks, et Terry Schaubel pour avoir élaboré des outils spécialisés utilisés pour accéder à la voûte du réacteur nucléaire de démonstration (NPD) dans le cadre des inspections générales – une étape importante dans le déclassement du NPD. L’équipe a évalué les moyens optimaux pour accéder à la voûte. Elle a examiné les dossiers historiques pour vérifier les contraintes. Elle a élaboré et mis à l’essai de l’équipement sur mesure pour atteindre l’objectif, elle a planifié le travail avec un grand souci du détail et elle a parfaitement exécuté le travail. Un trou d’accès a été percé à l’aide de carottages verticaux à travers neuf pieds de béton lourd armé, en évitant certains systèmes comme la canalisation d’écoulement active, la tuyauterie du système d’aspersion de la voûte, et les éléments structuraux. On a ainsi pu inspecter la voûte du réacteur afin de déterminer son état général et les niveaux de rayonnement dans la voûte. Des échantillons de matériau de revêtement de la voûte ont aussi été obtenus pour aider à caractériser plus en détails l’état de l’installation, à l’appui des activités prévues de déclassement.

Ce fut un travail exigeant de bien des façons. L’utilisation d’eau de refroidissement était strictement réduite au minimum et l’équipe a employé une nouvelle méthode de recirculation d’eau. Les cœurs ont dû être récupérés et soigneusement comptabilisés, ce qui était de plus en plus difficile à mesure que le carottage avançait et que les pièces devaient être enlevées d’une profondeur de neuf pieds. Il a fallu minimiser l’entrée de corps étrangers dans la voûte a. Le retrait du matériel final fut une tâche particulièrement difficile étant donné que la pesanteur a tendance à faire tomber les pièces hors de portée dans la voûte du réacteur. Des outils spéciaux ont été créés pour saisir les pièces difficiles. L’emplacement du cœur a dû être planifié très soigneusement pour éviter de créer des obstructions dans la structure et le réservoir d’eau d’aspersion. Autre complication : il était difficile d’établir la configuration du réacteur, étant donné que les ensembles de dessins étaient vieux et incomplets. La marge d’erreur était très fine, mais l’équipe a terminé le travail de façon sûre, efficace et sans problème.