Réussites

Les LNC explorent le potentiel de la technologie de petit réacteur modulaire


Le Canada a fait ses preuves comme innovateur dans les technologies nucléaires. Le concept canadien de réacteur de puissance a connu un déploiement réussi un peu partout sur la planète, fournissant l’électricité propre, fiable et à faibles émissions de carbone dont notre monde a besoin. Maintenant plus que jamais, il faut faire progresser mondialement cette technologie, pour que la prochaine génération de réacteurs progresse de la table à dessin jusqu’à son exploitation sécuritaire. 

Les petits ou très petits réacteurs modulaires (PRM/TPRM) représentent des conceptions de pointe de réacteur nucléaire, exploitant le savoir acquis lors du déploiement des générations précédentes de réacteurs pour en arriver à des progrès sans précédent en matière de sécurité, d’efficience, de construction et de déploiement. La taille et la puissance du réacteur varient selon la conception, mais leur taille et leur puissance réduites permettent de déployer ces réacteurs dans des endroits éloignés, comme des collectivités nordiques ou isolées, des sites industriels ou des nations insulaires. De plus, l’approche modulaire de la construction et du déploiement permet d’ajouter de nouveaux réacteurs en fonction de l’augmentation de la demande en électricité. 

Le potentiel de cette technologie suscite un intérêt international. Plus de 90 fournisseurs travaillent actuellement à formuler leur version de tels réacteurs par leurs processus de conception et d’obtention de permis, pour éventuellement atteindre le marché. Les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC) sont particulièrement bien positionnés pour contribuer à ce processus. 

Les Canada et les LNC offrent de nombreux avantages aux fournisseurs qui désirent faire progresser leur technologie. Le Canada compte un cadre réglementaire et un organisme de réglementation qui en font un chef de file mondial en la matière, avec la capacité d’évaluer ces nouvelles conceptions et une chaîne d’approvisionnement nucléaire établie faisant du pays une passerelle efficace pour le déploiement de PRM en Amérique du Nord. Il existe au Canada un besoin de technologie pour approvisionner en énergie des collectivités éloignées et nordiques, et notre gouvernement soutient les approches innovatrices de lutte au changement climatique. 

Les Laboratoires Nucléaires Canadiens sont en mesure d’aider les fournisseurs à chaque étape de leur démarche, depuis le soutien d’activités de recherche et développement jusqu’au déploiement de prototypes sur l’un de nos sites. Un prototype de PRM sur un site des LNC aurait accès sur place aux scientifiques et installations de recherche d’envergure mondiale nécessaires pour résoudre d’importantes difficultés technologiques, avec des capacités de production de combustible, d’examen et de solutions novatrices de traitement des déchets, pour faire cheminer efficacement un projet vers le déploiement. Les LNC détiennent déjà un permis avec une couverture étendue. Nous avons exploité de manière sécuritaire sur nos sites plusieurs réacteurs nucléaires au cours des 60 dernières années, et l’infrastructure et les services clés de soutien, sûreté, protection contre le rayonnement, protection environnementale et bien d’autres encore, sont déjà implantés. 

Le Canada ne peut pas se permettre d’attendre s’il désire exploiter pleinement ce potentiel. D’autres nations nucléaires agissent déjà pour faire avancer les PRM, par exemple les États-Unis et le Royaume-Uni qui ont chacun d’ambitieux programmes pour appuyer le déploiement de cette technologie sur leur territoire. Alors que ces nations et d’autres travaillent à l’avancement des PRM, c’est maintenant que le Canada doit agir s’il veut avoir sa part des avantages économiques, scientifiques et sociaux que promet cette technologie.

Aujourd’hui, les LNC annoncent officiellement leur intention de lancer une demande d’expression d’intérêt (DEI) plus tard cet automne. Il ne s’agit pas de l’annonce d’une nouvelle construction ou d’un engagement envers une technologie ou un fournisseur particulier, mais plutôt d’une déclaration officielle que les LNC sont ouverts à des discussions et disposés à offrir leur aide. La DEI sollicitera la contribution des membres de la communauté nucléaire, ce qui aidera notre organisation à définir son positionnement optimal pour aider à concrétiser des projets de PRM/TPRM. 

Il s’agit d’une technologie très prometteuse et d’une occasion pour les LNC de mettre de l’avant une fois de plus l’expertise et les capacités canadiennes qui ont fait du pays un chef de file dans les sciences et technologies nucléaires.