Réussites

Projet de recherche des LNC sélectionné aux fins de financement dans le cadre du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) du gouvernement du Canada

(le 29 juin 2015) Les Laboratoires Nucléaires Canadiens constituent une énorme partie de l’infrastructure de science et technologie du Canada. Bien que l’équipe talentueuse des LNC soit reconnue pour ses capacités dans le monde du nucléaire, elle est aussi capable d’attaquer des projets que, jusqu’à très récemment, de nombreuses personnes auraient considéré comme étant en dehors de leur mandat. L’annonce de vendredi du ministre associé de la Défense, Julian Fantino, est un exemple d’un tel projet. Horatio Sam-Aggrey, spécialiste en sciences sociales à la Planification stratégique et Analyse de la recherche opérationnelle (PSARO) des LNC explique de quoi il s’agit.

« Quand l’appel de propositions du Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS) a été annoncé, notre but initial était de proposer un projet qui examinait directement la communication ciblée sur les médias sociaux afin d’améliorer les communications en matière nucléaire et l’acceptation du public à l’égard de la production d’énergie nucléaire. Cependant, étant donné que la question du bénévolat et des pompiers volontaires est un point chaud au niveau de la politique, ensemble avec la Société de recherche sociale appliquée (SRSA), notre partenaire dans le projet, nous avons décidé d’ancrer la recherche sur les fonctions des pompiers volontaires. »

Plus précisément, le projet comprend quatre objectifs principaux. 

  • Valoriser la phase de planification des campagnes de recrutement des bénévoles en améliorant les processus de ciblage et l’analyse des besoins des bénévoles potentiels au moyen du profilage des médias sociaux, d’évaluations et d’autres analyses de données préparatoires.
  • Favoriser les processus de sensibilisation, de communication et de recrutement en recherchant les éléments de motivation et les contraintes liés aux décisions de bénévolat ainsi que l’influence sociale des groupes pairs.
  • Augmenter les stratégies de sensibilisation existantes et la transmission de messages pour mieux s’harmoniser avec ces facteurs sous-jacents et incorporer les progrès dans l’engagement en ligne et dans les médias sociaux pour complémenter les méthodes hors ligne.
  • Explorer les améliorations des processus d’évaluation à l’orientation et après le recrutement afin d’optimiser l’engagement, le rendement et la conservation des bénévoles.

 

Les objectifs B et C sont de la plus haute importance pour les LNC étant donné que le projet pourrait améliorer les capacités des LNC à diriger des communications ciblées auprès des groupes démographiques clés à des fins d’acceptation par le public, de communications des risques et en cas d’urgence.

« Nous savions très bien que les résultats de la recherche pourraient être appliqués très largement. Ici aux LNC, il est probable que notre intérêt soit axé sur les communications ciblées liées à la technologie nucléaire, mais il y a de nombreux autres domaines de politique qui pourraient tirer profit de ces travaux : augmentation des taux de bénévoles dans la communauté, campagnes de santé publique, communications des changements comportementaux, amélioration de la mobilité géographique des chercheurs d’emploi ou d’autres innombrables possibilités. »

Ce projet est appuyé par le Programme canadien pour la sûreté et la sécurité (PCSS), dirigé par le Centre des sciences pour la sécurité de Recherche et Développement pour la défense Canada, en partenariat avec Sécurité publique Canada. Les partenaires du projet comprennent les Laboratoires Nucléaires Canadiens et la Société de recherche sociale appliquée. 

Le PCSS est un programme financé par le gouvernement fédéral visant à renforcer la capacité du Canada de prévoir et d’atténuer les conséquences en cas de désastres naturels, d’accidents sérieux, de crimes et de terrorisme, en améliorant sa capacité de réagir et sa vitesse de rétablissement, par l’entremise de la convergence de la science et de la technologie avec les politiques, les opérations et le renseignement.