Communiqué de presse

Les Laboraboratoires Nucléaires au  Canada et le Royaume­-Uni signent un Protocole d’entente

(le 5 octobre 2016) Tom Blejwas, vice­-président, Recherche et développement, des Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), et le professeur Paul Howarth, directeur général du National Nuclear Laboratory (NNL), signent le Protocole d’entente pour l’échange d’expertise en sciences et technologies nucléaires sur le marché.

Ce protocole d’entente favorisera la collaboration dans le cadre de divers projets, notamment dans les domaines de la métallurgie des réacteurs, des combustibles, de la gestion des déchets et des radio­isotopes médicaux, de façon à fournir une expertise en matière de sûreté et de sécurité pour les nouveaux pays producteurs d’énergie nucléaire et ceux en développement. Il permettra aussi de stimuler l’intérêt concernant l’application de la technologie dans les industries, comme le secteur aérospatial, le secteur de l’énergie d’hydrogène, le secteur minier, le secteur pharmaceutique, et le secteur pétrolier et gazier.

Chaque laboratoire détient des capacités uniques dont on pourra profiter dans le cadre de cette collaboration. Parmi les capacités du NNL, on compte son expertise en matière de combustibles, de gestion des déchets et de retraitement. Pour ce qui est des LNC, ils détiennent une expertise en essais sur les matériaux et en chimie, ainsi que de l’expérience en production d’isotopes médicaux. 

Ce protocole d’entente s’appuie sur le partenariat nucléaire étroit qui est déjà établi entre le Canada et le Royaume-­Uni depuis les années 1940. Les deux pays ont alors mis sur pied un laboratoire à Montréal pour entamer conjointement la recherche sur la production d’énergie nucléaire contrôlée. Le réacteur ZEEP, un réacteur d’essai à eau lourde à l’échelle pilote, en est découlé en 1945. En 1947, on a ensuite mis sur pied un réacteur de recherche à eau lourde à pleine échelle, appelé NRX. Il s’agissait du réacteur de recherche le plus puissant au monde à l’époque.

Ce protocole d’entente permettra au NNL et aux LNC d’échanger les capacités de chercheurs scientifiques, d’ingénieurs et d’autres spécialistes. Il permettra également d’échanger des renseignements scientifiques. 

« Puisque le Royaume-Uni intensifie son programme nucléaire civil, des organisations comme le National Nuclear Laboratory doivent recourir à nos collègues internationaux, y compris ceux des Laboratoires Nucléaires Canadiens, afin de renouveler et de renforcer notre collaboration dans le domaine des sciences et de la technologie nucléaires. Il est tout à notre avantage de collaborer avec le Canada, soit le chef de file mondial en production d’isotopes, et de tirer parti de son expertise nucléaire. »

Professeur Paul Howarth, directeur général, NNL.

« Le Canada et le Royaume-­Uni présentent des antécédents de collaboration reconnus qui ont commencé avec la fondation de l’industrie nucléaire au cours des années 1940. Aujourd’hui, dans nos efforts pour renforcer notre collaboration par l’intermédiaire du protocole d’entente, nous pouvons tirer pleinement profit de l’expertise du Royaume­-Uni dans des domaines tels que la gestion des déchets de combustible nucléaire et le retraitement. Cette collaboration nous permettra de stimuler l’innovation au cours des prochaines années. »  

Tom Blejwas, vice­-président, Recherche et développement, LNC.

Les LNC sont la principale organisation de sciences et de technologie nucléaires au Canada. Grâce à leur expertise en physique, en métallurgie, en chimie, en biologie et en ingénierie, ils se sont imposés comme chef de file mondial de la mise au point d’applications nucléaires innovatrices et pacifiques. Les LNC s’engagent à faire en sorte que les Canadiens et le monde entier bénéficient des retombées des sciences et de la technologie nucléaires sur le plan de l’énergie, de la santé et de l’environnement, tout en ayant la certitude que la sécurité et la sûreté nucléaires sont assurées.

Le NNL joue un rôle clé au Royaume­-Uni et sur le marché nucléaire mondial. Entre autres, il réduit les coûts d’assainissement et de mise hors service, maintient des compétences essentielles et attire de nouveaux talents vers l’industrie. Dans tout le Royaume-­Uni, le NNL est la seule organisation qui détient les compétences, les installations et l’expertise pour fournir un soutien technique dans tous les aspects de l’industrie nucléaire.

- 30 –

Personne resource

Patrick Quinn
Directeur, Communications de l’entreprise 
LNC, 1-866-886-2325

Adrian Bull
Directeur des relations externes, NNL
(44) 7894 836553